Une femme n’est rien

Une femme n’est rien

Une femme n’est rien !
Et la somme de toutes n’y change rien !
Comment peut-elle être si peu
Alors qu’elle est à l’origine de tout ?

En réaction au reportage Un monde sans femmes sur ARTE le 19.6.18 lien. (Synthèse à la 86e mn).

Écrivains de vie

Écrivains de vie

Trempant leur plume de chair dans l’encrier du monde, les hommes écrivent la vie…
Ils l’écrivent blanc sur noir, d’un jet, la faisant jaillir du néant, l’inscrivant en lettre capitales dans le grand livre de l’humanité.

« Infemmie »

« Infemmie »

Et ne parlez pas d’ingénieures, de professeures ou d’écrivaines ! Et encore moins de proviseures, préfètes, docteures ou Chevalières ! On leur concède magistrates, juges, banquières ou avocates, mais pas auteures ou procureures, ni brigadières ou commandantes, à peine tolère-t-on bâtonnières et en aucun cas la ministre !

Très cher(es) femmes

Très cher(es) femmes

Merci, merci à vous, chères, très « cher » femmes, de prendre conscience de votre prix et surtout… de celui que vous coûtez à la société !
Merci à vous toutes de comprendre que, loin d’être un atout, votre capacité à procréer est une charge insupportable pour la collectivité.