Musique océane

Texte extrait du recueil “éMerveillement” 2012

 

Musique océane

Dans le silence de la nuit où s’éclaire l’esprit, s’inscrit sur la portée du ciel, en accord avec l’eau, la symphonie des ondes qui vibrent avec la lune.

 

Incessant murmure, doux, apaisant,

Qui me berce, m’adresse un message, des images…

Va-et-vient hypnotique, lénifiant,

Qui polit de son ressac régulier mon vague à l’âme.

Par la fenêtre ouverte s’insinuent les océanes ;

La fraîcheur des embruns se répand dans la chambre.

Dehors, tout près, l’océan dort,

Sa respiration continue, familière, se mêlant à la mienne.

Il dort et pareil à un être vivant, j’entends battre son cœur ;

Alors, à l’écoute de ses battements intemporels

Qui scandent la vie depuis le fond des temps,

Une paix, rassurante, immense me saisit.

Enfin lavée de tout, je me confie, me laisse porter

Et sur le lit défait, mon corps, libéré,

En symbiose avec l’océan épouse ses mouvements ;

Au rythme de ses rouleaux qui se brisent sur le sable,

Il palpite, bat, respire de concert avec lui,

Se tend et se détend, roule et se déroule

Puis se casse dans les draps blancs…

Écume de mes rêves.

 

Dans le silence de la nuit où s’éclaire l’esprit

S’inscrit sur la portée du ciel, en accord avec l’eau,

La symphonie des ondes qui vibrent avec la lune.

 

Au diapason de l’univers, l’océan m’emplit de sa musique,

Et sa chanson marine dans mon âme orpheline,

Semblable aux vagues rondes qui de leurs boucles douces

Polissent à l’infini les galets blancs et noirs,

Apaise et adoucit les regrets lancinants

Qui roulent sur la plage déserte de mon cœur.

 

© Catherine Gaillard-Sarron 2012