Poème inédit

 

Notre Mère

 

Pardonne cette ingratitude que nul ne veut reconnaître, niant l’insigne prodige que toi seule peux accomplir.

 

Notre Mère qui es sur terre,

Que ton nom soit célébré,

Que ton règne vienne,

Que ta liberté soit reconnue,

Que tes droits soient respectés

Par les hommes de toutes nations.

Notre Mère que nul ne voit,

Que ta voix soit entendue,

Que ta volonté soit prise en compte

D’enfanter ou d’avorter.

Donne à ceux que tu engendres

Ta tendresse et ton amour.

Notre Mère qui la vie donne,

Pardonne à tous leurs offenses,

Pardonne cette ingratitude

Que nul ne veut reconnaître,

Niant l’insigne prodige

Que toi seule peux accomplir.

 

Notre Mère qui es sur terre,

Que ton ventre t’appartienne,

Que tes choix soient souverains,

Que l’homme que tu enfantes

Te délivre de son joug

Et qu’avec lui pour les siècles

Tu règnes dans l’harmonie.

© Catherine Gaillard-Sarron 14.7.22